La création monétaire



Si l’on considère le côté humain de la création monétaire, on ne peut plus affirmer, comme de nombreux experts, que ce sont les banques qui créent la monnaie à partir de rien. En effet, la reconnaissance de dette signée par l’emprunteur est la seule chose nouvelle qui entre dans le système financier au moment d’un prêt bancaire. Elle devient un actif pour la banque. Bien sûr, il faut bien que la banque accorde le prêt et donc fasse confiance à l’emprunteur. Mais l’emprunteur, par sa vision des richesses à venir et par son engagement à rembourser est le principal créateur de la monnaie. De plus la banque commerciale qui fait un prêt fournit des liquidités et ce n’est pas elle qui émet les liquidités. Trop de confusions règnent dans ce domaine, notamment dans les milieux alternatifs.

 

La liquidité



L’argent liquide (ou trésorerie ou cash) est l’argent disponible immédiatement pour finaliser une transaction, un achat ou un besoin de
service. On peut avoir beaucoup d’argent immobilisé ici ou là, et ne pas pouvoir payer par manque de trésorerie. Si on manque de liquidités, il faut emprunter pour financer (ce mot a la même racine que finaliser) un achat.

 

La confiance



Le mot crédit a la même racine que croire, c’est-à-dire faire confiance.

Lorsque la confiance diminue, le crédit diminue et les gens manquent de liquidités.

 

Le capital



Lorsque quelqu’un dispose d’un peu d’argent dont il n’a pas vraiment besoin, c’est-à-dire qu’il peut vivre sans une telle somme, alors il est mûr pour l’investir en le confiant à un entrepreneur. La règle est que l’entrepreneur n’est pas obligé de rendre cet argent qui est confié à son entreprise. Si l’investisseur veut retrouver la disponibilité de cet argent, il faut qu’il revende ses actions à un autre investisseur. C’est pour cela qu’existe la bourse : un marché pour acheter ou vendre des actions. Les achats et ventes d’actions sont devenus le plus souvent des opérations purement spéculatives, sans que les détenteurs ne voient autre chose de l’entreprise que sa capacité à vous rapporter de l’argent. Cette dérive du système financier est en fait de la pure délinquance qui apporte très
peu de bénéfice pour le bien commun. Mais elle est considérée comme normale. C’est un crime banal.

 

Le risque



L’un des principaux aspects du capital investissement est le fait que l’entrepreneur qui en dispose n’est pas obligé de le rembourser et peut même le perdre si les affaires de l’entreprise ne réussissent pas. Le risque de l’entreprise est porté par les actionnaires qui offrent ainsi à l’entrepreneur la possibilité d’agir, car on ne peut pas agir sans prendre de risques.

1   2
/webroot/utilisateurs/login /webroot/lanef/accueil /webroot/lanef/germes /webroot actualites 0